mardi 19 mai 2009

Tous les moyens sont bons pour faire « comme si »

Comment faire « comme si » un produit était bon pour la santé, « comme si » il était labellisé et exempt de produits nocifs pour l’environnement, « comme si » il était bio, etc..


La marque de produits capillaires Schwarzkopf a trouvé une solution complète clef en main pour que sa nouvelle gamme « naturelle » soit crédible :

- Des packagings ultra étudiés principalement verts

- Un site internet qui vend les qualités environnementales de la marque à coup de nuances juridiques « essentiellement », « éviter »,… Pour faire des mensonges par omission sans pouvoir être poursuivis

- Des ingrédients bio noyés dans la pétrochimie mais mis en avant

- Et.. le pire de tout, qui me rend verte de rage, un label « maison » qui ressemble à ce qui se fait pour certifier de la cosmétique bio mais qui, quand on regarde de plus près, ne veut rien dire

Si on lit on découvre: "Contient des produits bio" et "Réduction des produits chimiques".
En plus, il ressemble à s'y méprendre à un "vrai" label qui garantit une qualité des produits, le label BDIH:





Je râle ! Je peste !

Parce que la cosmétique certifiée bio et naturelle se fait difficilement une réputation de qualité et que des opportunistes surfent sur la tendance en bernant le consommateur.

Soyez donc vigilants, un petit rond sur un produit cosmétique vert où le mot bio est inscrit ne vous garantit pas la qualité !

Et avec un marché de la cosmétique bio en croissance de 45% par an, les fumiers opportunistes vont se multiplier. Donc vigilance !!!

4 commentaires:

Caroleen a dit…

comme toi ça me fait bondir!
ras le bol que le consommateur soit pris pour un con encore et encore!

blog danger santé a dit…

Très bon article!
Bonne fin de journée, Gael

evydemmentbio a dit…

voilà un site qui permet de dénoncer le green washing http://observatoiredelapublicite.fr/

Abonéobio a dit…

Le problème est que chaque consommatrice n'a pas le temps (ni la "compétence") pour décortiquer dans le détail les infos énoncés par la marque. Je suis convaincue qu'il y a de l'avenir dans les distributeurs engagés qui font ce travail de tri justement pour accompagner les consommateurs dans le passage à la bio. Et quand je vois cela, je suis (encore plus )fière d'en faire partie :) IL faut positiver, ces arnaqueurs ne vont pas durer, car la conscience du consommateur grandit et la crise aidant il regarde à 2 fois.
Merci en tout cas pour l'info !